EXPOSITION COLLECTIVE

LOÏSE ALLINE, PAULINE FLAJOLET, AGNÈS LALAU, ALEXANDRA SEBBAG

25.01 > 2.02.2024 - Vernissage 25.01 - 18:30

Adultes et adolescent·es dès 16 ans, gratuit

Chaque année, des artistes plasticien·nes investissent les ateliers de la MC Gare pour développer pendant 5 mois leurs projets artistiques. Ces temps de création se clôturent par une exposition pour découvrir leur travail. Entre septembre 2023 et janvier 2024, c'est Loïse Alline, Pauline Flajolet, Agnès Lalau et Alexandra Sebbag qui ont investi ces espaces de création.

PROGRAMME

25.01 - 18:00 Vernissage de l'exposition en présence des artistes

27.01 - 15:00 > 18:00 Visite libre de l‘exposition et atelier d‘initiation à la broderie

01.02 - 18:00 > 21:00 visite libre et atelier d'initiation au crochet (infos ICI - inscription à l'atelier via reservation@maisondelacreation.org)

11:00 > 15:00 EXPOSITION ACCESSIBLE LIBREMENT DU LUNDI AU VENDREDI


L'EXPOSITION

Paperboard Symphony, Loïse Alline - Sculpture en carton et matériaux de récupération
Des pièces tridimensionnelles figurant des instruments de musique à l'esthétique naïve et colorée, disposées à la manière d'un orchestre symphonique silencieux et anxiogène. Ce décalage créé, entre le glauque et l'enfantin, chamboule le public qui ne sait plus où se positionner.


Boobie Riot, Pauline Flajolet - Broderie, illustration, crochet
Un travail textile sur les injonctions paradoxales qui frappent le symbole des seins, dénoncées ici par des broderies de slogans féministes, des cagoules et tenues jugées vulgaires. L'anonymat permis par les balaclavas (cagoules) invite à se glisser dans la peau d'un personnage pour jouer sur le cacher et l'exhiber.
Pour information, cette exposition met en scène de la nudité

A cast of thousands, Agnès Lalau - Portraits à l'encre de chine
Des portraits interrogeant la vision que l'industrie hollywoodienne des années 50 a projeté sur le Congo au temps de la colonisation belge. Entre décors d'une Afrique fantasmée et images d'autochtones soumis à un regard ethnicisant, comment reconstruire un imaginaire redonnant une juste place aux figurant·es noir·es ?

L'intrusive, Alexandra Sebbag - installation tridimensionnelle et sonore (création en cours)
Une installation qui aborde le sujet tabou des violences intrafamiliales et incestuelles maternelles. Comment traiter le rapport au corps, à ses blessures, à la mémoire, aux souvenirs heureux et impudiques ? La forme finale sera celle d'une narration-fiction aux modulations poétiques, grinçantes et anachroniques.